Marie MERDRIGNAC, journaliste pour OUEST-FRANCE rencontre Cindy et Arnaud  à la veille d’un entrainement qui s’annonce “très long”. Cindy LE FALHER, 42 ans et Arnaud CHASSERY, 45 ans, ont donné rendez-vous ce samedi 7 mai, sur la plage de Kernevest, à Saint-Philibert, où tous les deux nagent quotidiennement, depuis plusieurs moi – voire année – en vue d’un défi sportif, et surtout humain.

En juillet 2022, l’un et l’autre tenteront de traverser la Manche. Arnaud Chassery, qui a déjà réussi cet exploit en 2008 et trois autres fois en relais, tentera l’aller-retour. Le tout en simple maillot, lunette et bonnet de bain. Et en s’arrêtant le moins possible.

Créer du lien autour de l’évènement

Leur rencontre,

C’est d’ailleurs lors de sa première tentative d’aller-retour, en 2019, que les deux nageurs de l’extrême se sont rencontrés (photo). Cindy Le Falher, originaire d’Elven, accompagnait à Douvres un ami qui tentait aussi la traversée.

Si pour Arnaud Chassery, c’était “un rêve de gosse”, ce n’est pas le cas de Cindy Le Falher. “Ni un rêve d’enfant, ni un défi personnel. Ce qui m’intéresse c’est tout le chemin initiatique autour de la préparation, le travail sur soi et les liens créés autour de l’évènement.”

Car les deux aventuriers n’embarquent pas seuls dans ce projet. Ils ont mutualisé leurs deux associations (Alopias fondée en 2008 et enVol, fondée en 2010) sous le nom d’enVIE de sens et oeuvrent avec des formations, des expéditions, etc… pour que l’accessibilité des personnes handicapées entre dans le droit commun. Ils vont à la rencontre de différents publics, dans les écoles, dans les structures médico-sociales, dans les EHPAD, dans les entreprises pour “partager, créer du lien, transmettre, et montrer qu’il n’y a pas de limites”.

Tous seront avec eux, en Manche, par le biais des réseaux sociaux, et les suivront en temps réel pendant la traversée. “Ce n’est pas un projet pour nous. Il y a des gens impliqués, ça a du sens pour eux et c’est ce qui nous pousse à continuer, à réaliser d’autres projets”, insiste le couple.

Entre 6 et 10 heures de nage le dimanche 08 mai

En attendant juillet, c’est à Saint-Philibert que leurs entraînements se déroulent depuis un an et demi. “Et plus sérieusement depuis 4-5 mois”, glisse Cindy Le Falher, qui a appris à nager avec Auray natation, d’abord pour des problèmes de dos, puis est devenue sprinteuse en 50m nage libre. “Une nageuse d’aquarium”, plaisant-t-elle. Qui se confronte aujourd’hui à la mer. “Ce n’est pas de la natation en bassin. Il n’y a pas la même portance, il faut gérer le froid, les frottements, les courants…” Pour se préparer physiquement, le couple a pris du poids contre le froid. Pour gérer le mental, de la sophrologie. La séance du week-end est de nager entre 6 et 10 heures sans s’arrêter, à partir de 7h du matin, à Kernevest. Pour “s’acclimater, trouver les réglages”.

Leurs traversées de la Manche sont prévues à partir du 12 juillet 2022 pour Arnaud et entre le 20 et le 26 juillet pour Cindy. “Cela représente 34km en ligne droite, mais on nage souvent près de 50km.”

Marie MERDRIGNAC – Ouest France 08/05/2022

S’inscrire à la newsletter

Soyez informé des dernières actualités

Votre demande a bien été prise en compte
Une erreur est survenue. Merci de réessayer ultérieurement.